Macron – Le Pen, un référendum sur la mondialisation

Entretien par sur Breizh Info


macron_lepen

23/03/2017 – 07H10 Paris (Breizh-info.com) – Suite au débat présidentiel qui s’est déroulé lundi soir sur TF1 avec la moitié seulement des candidats à l’élection, nous avons interrogé Alain de Benoist, intellectuel, philosophe et politologue pour recueillir ses impressions.

Breizh-info.com : Qu’avez-vous pensé du « débat » organisé le lundi 20 mars sur TF-1 ? Pourriez-vous, candidat par candidat, définir ce que vous avez ressenti chez eux ?

Je n’en ai pas pensé grand-chose. Il était assez soporifique et les questions essentielles n’y ont pratiquement pas été évoquées. Jean-Luc Mélenchon, à mon avis, a nettement dominé les autres candidats.

En joignant le lyrisme aux arguments raisonnés, il a une fois de plus démontré qu’il est un véritable tribun. Emmanuel Macron a comme d’habitude parlé pour ne rien dire. François Fillon a défendu de façon un peu raide le point de vue ordo-libéral.

Marine Le Pen a été assez inégale, et Benoît Hamon ressemble de plus en plus à un Schtroumpf.

Breizh-info.com : Est-il normal, selon vous, que TF-1 n’ait sélectionné que 5 des 11 candidats à l’élection ? Sommes-nous encore dans un cadre démocratique ?

Ce n’est évidemment pas normal. L’argument selon lequel, avec les onze candidats, l’émission aurait duré plus de six heures ne vaut rien. Il était parfaitement possible d’organiser une série de débats regroupant « petits » et « grands » candidats par groupes de trois ou quatre.

C’est de toute évidence une violation flagrante de la règle d’égalité entre les candidats.

Breizh-info.com : Les sondages montrent une adhésion forte des Français aux propositions du FN sur les questions, notamment, de sécurité ou d’immigration. La position anti-euro et anti-UE prise par Marine Le Pen ne pourrait-elle pas lui coûter finalement l’élection ?

Les questions d’immigration et d’insécurité sont fondamentales, mais ce serait une erreur de croire que l’électorat du FN n’est motivé que par elles. Tous les sondages montrent que le chômage et le pouvoir d’achat viennent en tête des préoccupations des Français.

En ce qui concerne l’euro et l’Union européenne, Marine Le Pen a fait connaître ses préférences, et certains de ses électeurs potentiels ne les partagent sans doute pas, mais je doute que l’Europe et la monnaie unique soient au centre de leurs préoccupations.

Cela montre au moins que la présidente du FN est moins démagogue qu’on ne le dit. Marine Le Pen, par ailleurs, a dit aussi qu’en cas de victoire ce n’est pas elle qui déciderait en la matière, mais le peuple français par le moyen du référendum. Cela me paraît de nature à faire tomber certaines préventions.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui ne vous plaît pas chez Emmanuel Macron ?

La personne d’Emmanuel Macron ne m’intéresse pas. Ce qui me déplaît chez lui, c’est ce qu’il représente, en l’occurrence le regroupement des élites dirigeantes acquises à la mondialisation, qui ont compris qu’il leur fallait s’unir pour faire face au « populisme du peuple ».

J’ai déjà eu l’occasion de le dire : Macron, héritier de Tony Blair (et clone de Justin Trudeau), c’est la mondialisation tous azimuts, la suppression des frontières, la précarisation pour tous et le pouvoir sans partage des puissances financières.

Face à lui, Marine Le Pen ne peut avoir de chances de l’emporter qu’en faisant comprendre que le second tour de la présidentielle ne sera pas un vote pour ou contre le Front national, mais un référendum sur la mondialisation.

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : getty images (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *