Le populisme, c’est l’extraordinaire défiance des classes populaires

Article de Edouard Chanot paru sur le site de Radio Sputnik


Pour Alain de Benoist, la critique du populisme est devenue une critique du peuple. Mais ce dernier a encore son mot à dire, et pèsera lors des prochaines échéances électorales.

Impossible de l’éviter. Certains ont beau fermer les yeux, retarder leur prise de conscience comme on retarde le réveil le matin, il est impossible de ne pas s’y confronter. Que cela nous plaise ou non, le populisme est le phénomène politique de la décennie. De Podemos au Brexit, de Syriza à Donald Trump, du mouvement 5 étoiles à Marine Le Pen, les arrières-arrières-petits-enfants du Général Boulanger se sont dispersés en Europe et ont investi le champ politique qu’ils ne craignent pas de bouleverser.

De quoi est-il le fruit et de quoi sera-t-il la cause ? En d’autres termes, que faut-il en attendre ? Le pire est-il à venir, ou nous dirigeons-nous vers un renouveau civilisationnel ? Celui-ci exige-t-il la fin du clivage droite-gauche qui structure notre vie collective depuis près de deux siècles ?Pour lever nos interrogations, nous avons reçu un homme qui rend la vie des bibliophiles difficile, car il publie demain son 103ème essai, intitulé Le moment populiste, Droite-gauche c’est fini, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux. Cet auteur est Alain de Benoist, le chef de file d’un courant baptisé à ses dépens « La Nouvelle Droite » dès les années 70. Peut-être est-il au cœur de cette remise en cause du clivage droite-gauche. Il semblerait que la pratique ait rejoint la théorie, la réalité ses réflexions.

Regardez l’entretien dans son intégralité :

 

Extraits :

La sécession de la plèbe

« Le populisme apparaît il y a vingt ou trente ans, mais la vague n’a pas cessé d’enfler. En première analyse, le populisme, c’est l’extraordinaire défiance des classes populaires et plus largement l’accélération de la défiance des classes populaires et moyennes contre les élites, qu’elles soient politiques, économiques, financières, sociales ou médiatiques. Les gens n’ont plus confiance, ils n’y croient plus. On a pu parler de ‘sécession de la plèbe’. C’est un peu cela.  »« Aujourd’hui, il y a deux tiers de mécontents et un tiers de gens qui profitent de la situation et qui ont créé cette nouvelle classe, une nouvelle classe mondialisée qui s’inscrit dans l’idéologie dominante. Avec comme conséquence une triple exclusion des classes populaires et des franges inférieures des classes moyennes menacées de déclassement — exclusion politique, exclusion sociale et exclusion culturelle ».

Le ralliement de la gauche au marché

« Le clivage droite-gauche devient obsolète en raison de ce recentrage, à partir du moment où gauche et droite ne se divisent que sur les moyens pour parvenir au même objectif. D’autre part, on voit s’esquisser une attitude qui est l’opposition de ceux d’en bas contre ceux d’en haut. On passe d’un axe horizontal gauche-droite à un axe vertical. C’est pour cela qu’on ne peut pas les superposer. Christophe Guilluy a véritablement renouvelé la géographie sociale en procédant à une sorte désenfouissement du peuple en montrant que la classe populaire et ouvrière a migré à l’intérieur de la France: elle s’est éloignée des métropoles où se concentrent les richesses et les élites mondialisées pour s’installer dans des régions éloignées, dans ‘la France périphérique’. Ces classes populaires vont représenter un facteur qui va peser sur les échéances électorales, au détriment des classes populaires anciennes. »

« On parle de ‘mouvement dextrogyre’ ou de manière plus simple de ‘droitisation’. Sur les plans des mœurs, je ne crois pas qu’il y ait de droitisation. Je crois plutôt qu’on subit les conséquences du fossé qui s’est créé entre la gauche et le peuple. Les gens s’intéressent de moins en moins aux questions sociales. La gauche classique a fait le choix d’une autre idéologie que celle du socialisme: une sorte de social-libéralisme libertaire, où les droits individuels, les fantasmes ou les caprices des uns et des autres, le néoféminisme, l’art contemporain, la lutte contre toutes les discriminations, toutes ces choses dont le peuple se fiche totalement, ont remplacé la défense du prolétariat. En d’autres termes, la gauche dans ses plus gros bataillons s’est ralliée à l’économie de marché et s’ébroue à son aise dans un certain libéralisme sociétal. »

 

De la critique du populisme à la critique du peuple

« Dans un premier temps on a étiqueté ‘populistes’ des mouvements qui visiblement n’en présentaient plus toutes les caractéristiques. Dans un deuxième temps, on a appelé populistes toutes sortes de phénomènes sociaux, d’associations, de partis, qui prétendaient articuler une demande politique et sociale à partie du peuple. Dans un troisième temps, la critique du populisme a cédé la place à une critique du peuple, considéré comme peu instruit, ne sachant pas, se laissant embrigader par des leaders démagogues. Bien entendu, il y a des leaders populistes démagogues. Simplement, ce qu’il faut rappeler, c’est que la démagogie est la chose la mieux partagée du monde dans la vie politique ! »« Il n’y a pas d’idéologie populiste, l’expérience montre que le populisme peut se conjuguer avec n’importe quelle idéologie. Le populiste, c’est un style, une nouvelle manière d’articuler dans une perspective ‘contre-hégémonique un certain nombre de demandes sociales et politiques à laquelle la classe dominante ne répond pas. Ce n’est pas seulement une demande de protection, mais aussi une demande de plus démocratie, et donc de politique tout court. Le populisme est une demande qui part du peuple pour obliger les hommes politiques à faire de la politique, au détriment d’une activité publique qui se réduirait à l’administration des choses. »

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.

Une réflexion au sujet de « Le populisme, c’est l’extraordinaire défiance des classes populaires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *