Pourquoi le gouvernement ne comprend pas la révolte des gilets jaunes…

Entretien paru sur Boulevard Voltaire

gilet jaune

Pensez-vous qu’on puisse déjà faire un bilan de l’action des gilets jaunes ?

Le meilleur bilan qu’on puisse en faire est de constater qu’il est encore trop tôt pour en faire un, puisque le mouvement continue et semble même trouver un second souffle. Depuis bientôt trois mois, malgré le gel et le froid, malgré la trêve des confiseurs, malgré les morts et les blessés, malgré les dégâts causés par les brutalités policières (mâchoires arrachées, mains déchiquetées, pieds broyés, yeux crevés, hémorragies cérébrales), malgré les critiques qui ont successivement tenté de les présenter comme des beaufs alcooliques, des nazis (la « peste brune ») et des casseurs, coupables en outre d’avoir ruiné le commerce, dissuadé les touristes de venir en France et même, ô scandale, d’avoir saboté l’ouverture des soldes, malgré tout cela, les gilets jaunes sont toujours là. Ils tiennent bon, ils ne cèdent pas et une majorité de Français continue d’approuver leur action. C’est bien la confirmation que ce mouvement ne ressemble à aucun autre.

Lire la suite …

La bonne santé de l’économie américaine n’est qu’apparente…

Entretien paru sur Boulevard Voltaire

dollar

On connaît la phrase fameuse de Henry Kissinger : « Le dollar est notre monnaie, mais c’est votre problème. » On en est toujours là ?

Cela s’est même aggravé. En 1973, la fin du système de Bretton Woods avait consacré le règne de l’étalon-dollar comme première monnaie de réserve mondiale et inauguré l’ère de la mondialisation, en permettant aux États-Unis d’acheter ses produits à crédit au reste du monde et de financer des déficits courants extraordinairement élevés en vendant des obligations du Trésor à leurs partenaires commerciaux au lieu de payer leurs importations avec de l’or.

Lire la suite …

Le programme de Jaïr Bolsonaro est consternant !

Entretien paru sur Boulevard Voltaire

Bolsonaro

Élu président du Brésil en octobre dernier, avec plus de 55 % des suffrages, Jaïr Bolsonaro vient de prendre ses fonctions. La gauche, qui multiplie les anathèmes contre lui (homophobe, sexiste, raciste, etc.), parle d’une nouvelle poussée de « populisme » et dit que sa victoire réjouit tout ce que le monde compte de gens « de droite et d’extrême droite ». Vous en faites partie ?

Pas du tout. Bolsonaro a certainement bénéficié de la vogue actuelle du populisme et capté le vote des classes populaires qui votaient auparavant pour le Parti des travailleurs, mais le populisme, je vous le rappelle, n’a pas de contenu idéologique précis. C’est seulement un style, une manière de faire se répondre l’offre et la demande politiques, et ce style peut se combiner avec des idéologies très différentes (Luiz Inácio Lula, l’ancien président, était lui aussi un « populiste »). La droite frétille toujours de façon pavlovienne quand elle entend dire qu’on va rétablir « la loi et l’ordre ». Le problème est que la loi peut être injuste et que l’ordre n’est souvent qu’un désordre établi.

Lire la suite …

Pase lo que pase, los Chalecos Amarillos ya han ganado

Source : El Manifiesto

Emmanuel Macron tomó la palabra el pasado lunes 10 de diciembre, después de reunirse con los interlocutores sociales, a los que una buena parte de los franceses consideran no representativos. No parece, sin embargo, que su discurso vaya a calmar la ira de los Chalecos Amarillos en toda Francia.

En primer lugar, ¿cómo analiza los acontecimientos de este últimos fines de semana?

Lo que me parece más sorprendente es la continuidad del movimiento. El Gobierno esperaba que la presión aflojara, pero no afloja. Es el resultado de una extraordinaria determinación, a la que se suma una asombrosa madurez. No sólo los Chalecos Amarillos se niegan a definirse en términos de « derechas » o « izquierdas »; no sólo actúan sin la más mínima preocupación por lo que piensan los partidos y los sindicatos, sino que no se dejan atrapar en ninguna trampa de los periodistas, por los que sólo tienen desprecio. En los debates televisivos hablan con enorme sentido común, no pierden los estribos, dan muestras de una firmeza ejemplar sin caer en histerismos.

Lire la suite …

Quoi qu’il se passe, les Gilets jaunes ont déjà gagné

Entretien à Breizh-Info

Emmanuel Macron a pris la parole ce lundi 10 décembre, après avoir rencontré des partenaires sociaux pourtant jugés non représentatifs par une bonne partie des Français. Une prise de parole qui, pour autant, ne devrait pas calmer la colère des Gilets jaunes partout en France.

Pour faire le point sur ce mouvement, sur cette vague en train de faire l’histoire, Yann Vallerie a interrogé Alain de Benoist pour Breizh-Info.

Lire la suite …

Né Cesari né tribuni, i gilet gialli sono populismo allo stato puro

Source : Paolo Becchi

gilet gialli

Pubblichiamo la traduzione integrale dell’intervista al filosofo e giornalista francese di fama internazionale, Alain de Benoist, fondatore del movimento culturale della “Nouvelle Droite”, da sempre critico della globalizzazione neoliberista e dell’Ue. Nell’intervista, pubblicata su Boulevard Voltaire, de Benoist analizza il fenomeno dei “gilet gialli”. Ampi stralci della seguente intervista sono stati pubblicati in data 03/12/2018 sul quotidiano Libero (Paolo Becchi).


In Francia, da una decina di giorni, imperversano i gilet gialli e sono numerosi i commenti al riguardo. Si tratta di un fuoco di paglia o di un movimento destinato a crescere? Una nuova jacquerie? Qual è la sua opinione?

Circa cinque anni fa, il 23 novembre 2013, sono stato intervistato sul movimento dei berretti rossi. Ho quindi richiamato l’attenzione sul fatto che “tutti i movimenti di protesta o di rivolta di una certa portata a cui stiamo assistendo oggi, nascono ai margini o lontano dai partiti e dai sindacati, i quali evidentemente non sono più in grado di incarnare e farsi portatori delle aspirazioni della gente”. E concludevo così: “Una sola parola d’ordine: berretti rossi ovunque!” Bene, eccoci qua: i gilet gialli di oggi sono proprio i berretti rossi di ieri che si espandono ovunque. Dopo anni e anni di umiliazione, impoverimento, esclusione sociale e culturale, è il popolo francese che ha semplicemente ripreso la parola. E che passa all’azione con una collera e una determinazione (ci sono già due morti e 800 feriti, più che nel maggio del ’68!) che la dicono lunga.

Lire la suite …

Les gilets jaunes ? La revanche des ploucs émissaires !

Entretien à Boulevard Voltaire

La France, depuis une dizaine de jours, vit à l’heure des gilets jaunes, et les commentaires sont déjà nombreux. Feu de paille ou vague de fond ? Nouvelle fronde ? Nouvelle jacquerie ? Quel est votre sentiment ?

Il y a cinq ans, presque jour pour jour, le 23 novembre 2013, vous m’aviez interrogé sur le mouvement des bonnets rouges. J’avais alors attiré votre attention sur le fait que « tous les mouvements de protestation ou de révolte d’une certaine ampleur auxquels nous assistons aujourd’hui naissent en marge ou à l’écart des partis et des syndicats, lesquels ne sont de toute évidence plus capables d’incarner ou de relayer les aspirations du peuple ». Ma conclusion était celle-ci : « Un seul mot d’ordre : des bonnets rouges partout ! » Eh bien, nous y sommes : les gilets jaunes, ce sont les bonnets rouges partout. Après des années et des années d’humiliation, de paupérisation, d’exclusion sociale et culturelle, c’est tout simplement le peuple de France qui reprend la parole. Et qui passe à l’action avec une colère et une détermination (déjà deux morts et 800 blessés, plus qu’en mai 68 !) qui en disent long.

Lire la suite …