La drogue, phénomène de masse

Entretien paru sur Boulevard Voltaire


Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire) : L’éternel serpent de mer revient avec le débat sur une possible légalisation du cannabis. Certaines régions des États-Unis viennent, d’ailleurs, d’en autoriser la vente à « usage récréatif ». En France, le gouvernement annonce un aménagement des sanctions frappant ses utilisateurs. On se souvient que les Américains n’ont jamais autant bu que sous la prohibition. Le combat est-il perdu d’avance ?

Alain de Benoist : Précisons, d’abord, que la légalisation et la dépénalisation ne sont pas la même chose et qu’en France, les autorités ne s’orientent, pour l’instant, ni vers l’une ni vers l’autre. Selon la législation actuelle, les fumeurs de joints sont, en principe, passibles d’une peine d’un an de prison. Comme on compte environ 700.000 fumeurs quotidiens, si l’on appliquait la loi, il faudrait transformer des villes ou des régions entières en prisons. C’est donc une loi inapplicable – et il n’y a rien de tel, pour discréditer la loi, que de la rendre inapplicable. En rendant l’usage du cannabis justiciable d’une simple contravention, on rend au moins la loi applicable. C’est donc le contraire d’une dépénalisation. (Vous remarquerez que, dans l’immédiat, rien n’est prévu pour les drogués au Nutella®.) Lire la suite …

Ce n’est pas la puissance des États-Unis qui est atteinte, mais leur certitude morale…

Entretien publié sur Boulevard Voltaire


Nicolas Gauthier : Depuis son accession à la Maison-Blanche, nos médias donnent dans le « Trump bashing » systématique. Il n’empêche qu’à la lecture de Fire and Fury, livre qui vient de lui être consacré, une question brutale se pose : Donald Trump est-il fou ?

Alain de Benoist : Je ne sais pas s’il est fou, mais ce qui est sûr, c’est qu’il paraît complètement cinglé. Vous vous rappelez sans doute que, dès avant son élection, j’avais pris soin de distinguer le « phénomène Trump », phénomène populiste traduisant le ressentiment des « angry white men » vis-à-vis de l’establishment, qui me paraissait très positif, et le personnage même de Trump, vis-à-vis duquel je nourrissais des sentiments pour le moins partagés. J’ai vu, ensuite, une certaine droite plonger dans la « Trumpmania », ce qui ne m’a pas paru plaider en faveur de ses capacités d’analyse. Depuis lors, il n’y a pratiquement pas de jour où, dans sa façon d’être comme sa façon de faire, « The Donald » ne donne l’impression d’être un grand caractériel égocentrique, immature, inculte et paranoïaque, à quoi s’ajoute l’incompétence d’un homme qui n’a d’autre expérience de la politique que l’immobilier et la télé-réalité.

Lire la suite …

L’élection d’Emmanuel Macron a été un véritable fait historique

Entretien accordé à Boulevard Voltaire


Nicolas Gauthier : Depuis quelque temps, vous vous faites un peu rare sur Boulevard Voltaire. L’actualité politique ne vous inspire plus ?

Alain de Benoist : La politique n’a jamais été mon principal centre d’intérêt, et je la trouve en général extrêmement ennuyeuse. Je n’aime pas, non plus, répéter ce que d’autres ont déjà dit : faire du commentaire de commentaire, toujours à propos de péripéties qui, dans trois mois, auront été complètement oubliées, je trouve que c’est une perte de temps. Beaucoup de gens sont des réactifs, qui ne perdent pas une occasion de manifester leurs obsessions. À la réactivité, je préfère la réflexivité. En politique, les seuls événements dignes d’intérêt sont ceux qui ont une certaine portée et qui nous disent quelque chose de l’avenir. Lire la suite …

Les grands médias ont toujours été les premiers à relayer les mensonges d’État

Entretien réalisé par Breizh-info


media

Colin Powell brandissant une fiole censée contenir la preuve de l’utilisation d’armes de destruction massive en Irak. Une fable relayée par toute la grande presse
 

Breizh-info.com : Que vous inspirent les déclarations d’Emmanuel Macron sur le projet de loi contre les « fake news » ?

Alain de Benoist : On pense évidemment à Orwell, mais on ne peut pas se borner à dénoncer les menaces supplémentaires que va faire peser sur la liberté d’expression la mise en œuvre de ce nouveau dispositif de censure. Il faut aussi s’interroger sur la notion même de fake news – de « fausse nouvelle » si l’on préfère la langue française au sabir américain. Or, Macron se révèle ici d’une étonnante naïveté, à moins qu’il ne s’agisse seulement de mauvaise foi.

Il semble en effet s’imaginer que les « nouvelles » sont soit vraies, soit fausses. On aimerait que ce soit si simple ! En matière d’information, la vérité est qu’il n’y a pas de vérité (absolue). L’information objective n’existe pas : elle est toujours le reflet de la subjectivité de qui la fournit. Il y a seulement des journalistes qui s’efforcent d’être honnêtes, et d’autres qui ne le sont pas. A côté de la « fausse nouvelle » manifeste, relevant d’une véritable désinformation, une nouvelle peut être faussée, tronquée, biaisée. La place qu’on lui donne, la façon dont on rapporte les faits, les titres employés jouent également. Un exemple simple : quand la presse fait l’éloge de l’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens, qui vient de mourir, en rappelant les noms des écrivains qu’il a lancés et soutenus, sans jamais citer celui de Renaud Camus, qui est l’auteur dont il a publié le plus grand nombre de livres, peut-on dire que l’information est objective ? Il y a des mensonges par omission. Lire la suite …

De Vienne à Vienne, naissance et mort de la société ouverte ?

Entretien paru sur Eurolibertés


Karl Popper

Lionel Baland (Eurolibertés) : Assistons-nous au triomphe des idées libérales de Karl Popper ? La société ouverte et ses ennemis paru en 1945 est-il à notre époque ce que Le capital de Karl Marx a été au XXe siècle, l’ouvrage clé par rapport auquel chacun est tenu de se positionner ?

Alain de Benoist : Vous faites trop d’honneur à Karl Popper ! Non seulement je ne vois pas grand monde se positionner aujourd’hui par rapport à sa Société ouverte, mais je n’ai pas l’impression que ce livre ait encore beaucoup de lecteurs. Traduit en France en 1979, il n’a d’ailleurs pas été réédité depuis le début des années 1990. Ce qui est vrai, c’est que le milliardaire américain George Soros, dont on connaît l’influence délétère qu’il exerce dans les pays de l’Est, a repris cette expression quand il a créé en 1993 sa Fondation pour une société ouverte (OSF) afin de promouvoir un peu partout dans le monde l’idéologie des droits de l’homme et l’économie de marché. Il s’est ainsi placé sous le patronage de Popper, mais je ne suis pas sûr que celui-ci se serait reconnu dans tous les agissements de l’OSF. La « société ouverte » est d’ailleurs une notion qui a d’abord été développée par Bergson.

Lire la suite …

éléments n°169 : La Nouvelle vague du conservatisme

elements 169La diversité est un terme à l’identité malheureuse. À l’origine, il est synonyme de pluralité et de variété. Diversité des paysages et des lieux, diversité des peuples et des cultures, diversité des espèces. D’où vient la diversité ? De l’imperfection du monde. Bienheureuse imperfection qui est aussi cause de la plus grande richesse de l’humanité, car un monde parfait serait d’une désolante uniformité !

La reconnaissance de la diversité culturelle a cependant été longue à s’imposer.
L’ethnocentrisme occidental n’a cessé de se référer à une nature humaine universelle qui se confondait avec ses valeurs propres, légitimant du même coup la dévaluation des cultures autres, dès lors déclarées « inférieures », « barbares » ou « retardataires ». D’où l’idéal de l’assimilationnisme.

Tout à l’opposé, le relativisme culturel a débouché sur le multiculturalisme qui, sous ses formes exacerbées, remet en cause l’existence du bien commun. L’antiracisme, enfin, a pris souvent la forme d’une exaltation de toutes les formes d’hybridation et de mélange, censée déboucher sur la fusion de l’humanité et l’ultime indistinction de l’espèce, qui n’a que l’inconvénient de faire disparaître les différences qu’elle prétend respecter.

Mais à partir des années 2000, la diversité telle qu’on l’avait toujours comprise a cédé la place à la « diversité d’origine » pour désigner des personnes issues de l’immigration extra-européenne censées donner un nouveau visage au corps social. Faire place à la diversité, c’est désormais déconstruire les anciennes identités acquises et modelées au fil des siècles pour y substituer une sorte de caravansérail. On s’ouvre au monde, comme chacun le sait, en tolérant des pratiques qui reviennent à faire sécession de la société où l’on vit, à se soustraire à toute forme de commun au sein de l’espace public.

La politique « diversitaire » revient dès lors à encourager toutes les formes de déstructuration du corps social, à institutionnaliser n’importe quelle forme de désir, à reconnaître et promouvoir n’importe quelle déviance. Il s’agit d’encourager les droits des individus pour mieux faire disparaître, sous leur poussée, l’inestimable pluralité des peuples.

L’individualisme est ainsi promu au détriment de la singularité collective, assimilée à un « repli identitaire ». L’humanité se présentait autrefois comme un ensemble hétérogène de peuples relativement homogènes, on veut aujourd’hui en faire un ensemble homogène de peuples radicalement hétérogènes.

On se soucie beaucoup des menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité. Il serait temps d’étendre cette préoccupation à la diversité des peuples, ainsi qu’à celle des langues et des cultures qui leur sont associées.

Vous pouvez commander ce numéro sur le site de la revue.

Au sommaire du n°169 d’éléments

Dossier
Libéral, réactionnaire, populiste ?
La Nouvelle vague du conservatisme
• Les équivoques du conservatisme, par Alain de Benoist
• Pourquoi je ne suis pas conservateur, par David L’Epée
• Quand le socialisme était conservateur, par Thibault Isabel
• Les points de vue de Guillaume Bernard, Mathieu Bock-Côté, Christophe Boutin, Jacques Dewitte, Frédéric Rouvillois, Eric Zemmour…

Et aussi…
• Un entretien exclusif avec Matthew B. Crawford
• Marseille : explosion d’un laboratoire multiculturel, par Jean-Paul Brighelli
• Ecole : les neurosciences contre les pédagogistes, par Yves Christen
• Le bel avenir du nucléaire, entretien avec François Géré
• Le crépuscule de la chasse
• Film : Patrick Buisson rend hommage aux anarchistes-conservateurs
• Le romantisme fasciste vu par Paul Sérant
• Les trésors de Matulu, etc.

Les idées à l’endroit : Pour ou contre la souveraineté

Pour ce nouveau numéro très attendu des « Idées à l’endroit » , l’écrivain et philosophe Alain de Benoist s’est entouré d’invités de choix pour évoquer un sujet d’actualité : Pour ou contre la souveraineté. Pour débattre, il a fait appel au politologue Guillaume Bernard, au docteur en philosophie Guilhem Golfin auteur d’un essai intitulé « Souveraineté et Désordre politique » et au journaliste-essayiste Aristide Leucate. Un échange de haute tenue qui permet d’approfondir une thématique récurrente.

¡Sí a la autonomía, no al independentismo!

Source : El Manifiesto


Soberanía y federalismo, dos conceptos desgraciadamente de gran actualidad, forman el título del nuevo volumen de la Biblioteca Metapolítika (Ediciones Fides). Alain de Benoist se nos muestra, no obstante, demasiado “regionalista” para nuestro gusto, quizás porque su Francia jacobina no ha sufrido el desafío de los “pequeños nacionalismos separatistas” (excepto el corso). Su propuesta de una “Europa federal”, construida desde abajo, puede resultar, ciertamente, una utopía seductora, si bien consideramos que el federalismo es un buen principio político pero un pésimo sistema de gobierno y organización territorial.

En el período de entreguerras, doctrinarios y teóricos se enfrentaron respecto a la cuestión de saber, entre el Estado, el pueblo y la nación, cuál era la noción más importante, la que imperaba sobre las dos otras. En Italia, se insistía, sobre todo, en el Estado, en Alemania en el pueblo, en Francia en la nación. Hoy, es la articulación, devenida en problemática, de la región, de la nación y de Europa, la que plantea interrogantes.

Lire la suite …

Popolare la democrazia

Source : Italicum


Intervista ad Alain de Benoist autore del libro “Populismo”, Arianna Editrice 2017, a cura di Luigi Tedeschi 

1. La attuale crisi della democrazia si manifesta nella degenerazione della democrazia stessa in oligarchia. Il liberalismo dunque non si identifica con la democrazia? O forse è il liberismo economico, è la selezione darwiniana della concorrenza selvaggia che determina l’oligopolio / monopolio in economia e l’oligarchia in politica?

Non solo il liberalismo non si identifica con la democrazia, ma i due termini si contraddicono tra loro. Il principio del liberalismo è la libertà degli individui. Il principio della democrazia è l’uguaglianza tra i cittadini. La democrazia, peraltro, trae la sua legittimità dalla sovranità popolare. Essa implica quindi l’esistenza di un popolo, che viene considerato come in «sé» o «per sé», in quanto demos, o ethnos o plebs. Per il pensiero liberale, i popoli non hanno una propria esistenza: sono concepiti solo come delle somme di individui, e si presume che questi siano alla ricerca continua della massimizzazione dei loro interessi personali, e che operano scelte a valle di loro stessi, senza essere mai guidati da una appartenenza collettiva.

Lire la suite …