La grande transformation, plutôt que le remplacement…

Entretien accordé à Boulevard Voltaire


Nicolas Gauthier (Boulevard Voltaire) : Le « Grand Remplacement », concept forgé par l’écrivain Renaud Camus, connaît un indéniable succès dans certains milieux. Vous êtes pourtant réticent à l’employer. Est-ce parce que vous le trouvez trop « conspirationniste » ?

Alain de Benoist : Pas du tout. Et je ne suis pas, non plus, surpris du succès de cette expression, bien propre à frapper les esprits, qui évoque aussi le Grand Dérangement dont furent victimes les Acadiens entre 1755 et 1763. Je suis seulement soucieux du sens des mots. Remplacer une population, cela signifie qu’on l’enlève pour la faire disparaître et qu’on la remplace par une autre (c’est, précisément, ce qui est arrivé aux Acadiens, qui furent déportés notamment vers la Louisiane). En France, aujourd’hui, ce n’est vrai que dans des endroits bien circonscrits, par exemple lorsqu’une banlieue se vide entièrement de sa population d’origine européenne pour être remplacée par une population d’origine étrangère. Mais, même dans ce cas, la population touchée par le « white flight » ne disparaît pas, elle s’éloigne pour aller vivre ailleurs. À l’échelle du pays, il n’y a pas, à proprement parler, de remplacement. En revanche, il y a un continuel apport extérieur qui transforme la population d’origine européenne, qui modifie son pool génétique, ses habitudes sociales, sa façon de vivre, sa manière de voir le monde, ses valeurs spécifiques, etc. Cette transformation n’est pas une mince affaire, elle est même d’une importance capitale, mais ce n’est pas, au sens propre, un remplacement. La population française n’est pas remplacée, mais elle est peu à peu transformée. C’est pourquoi je parlerais plutôt de « Grande Transformation ».

Renaud Camus a, d’ailleurs, également publié en 2013, deux ans après Le Grand Remplacement, un autre livre intitulé Le Changement de peuple. Cette seconde formule a eu moins de succès, mais je la crois beaucoup plus exacte.

Cette expression renvoie, de fait, à l’« islamisation de la France » généralement dénoncée par les mêmes milieux. Mais notre société ne serait-elle pas, avant tout, américanisée ?

Le succès du Quick halal montre que les deux ne sont pas incompatibles. Et, de toute façon, nous n’avons pas à choisir entre les deux. Le « communautarisme » et l’ethnicisation des rapports sociaux auxquels nous assistons aujourd’hui ont partie liée avec l’islam, mais vont aussi très au-delà du fait religieux. On n’a pas tort de dire que les musulmans n’admettent pas que la loi civile prime la loi religieuse, mais il en va de même des catholiques ou des juifs : pour un catholique, l’avortement n’est pas plus admissible quand la loi reconnaît le droit à l’IVG que lorsque la loi l’interdit. Tout croyant fait la différence entre ce qui est légal et ce qui est légitime, aucun ne peut placer la loi positive au-dessus de la « loi naturelle ». En ce sens, la distinction entre le spirituel et le temporel n’est qu’une distinction, pas une séparation. En bonne théologie, c’est le spirituel qui prime.

Le problème commence, en réalité, lorsqu’une communauté, qu’elle soit religieuse ou ethnique, vit dans un pays en considérant qu’elle n’appartient pas à ce pays et en s’organisant sous la forme d’une contre-culture opposée à la culture autochtone. En Russie, où l’islam représente 15 % de la population, soit 25 millions de personnes, les musulmans se veulent d’abord russes (lisez, à ce propos, le livre d’Héléna Perroud, Un Russe nommé Poutine). En France, des milliers de jeunes qui possèdent la nationalité française estiment, parfois en toute bonne foi, qu’ils ne sont pas français et ne peuvent pas l’être puisqu’ils appartiennent d’abord à l’« oumma » islamique (ummat islamiyya), l’assemblée « maternelle » des fidèles ou communauté des croyants – une « oumma », d’ailleurs, largement fantasmée dans leurs esprits. Le « vivre ensemble » les indiffère complètement, contrairement à ce qu’on répète dans les chaumières, puisqu’ils préfèrent d’un côté le face-à-face et de l’autre l’entre-soi. Toutes les conditions sont alors réunies pour que se produisent les dérives, parfois sanglantes, auxquelles nous assistons actuellement.

Que pensez-vous de la polémique née de l’attribution à une Française d’origine à la fois polonaise et béninoise du rôle de Jeanne d’Arc dans les traditionnelles Fêtes johanniques prévues à Orléans ?

Je trouve cette mini-polémique lamentable. En révélant le racisme de ceux qui s’indignent que ce rôle ait été confié à une jeune Métisse, par ailleurs membre des Scouts d’Europe, elle a seulement le mérite de confirmer que, parmi ceux qui reprochent aux enfants d’immigrés de « ne pas vouloir s’intégrer », il y en a certains qui, en réalité, ont surtout le désir qu’ils ne s’intègrent jamais. Je suppose que, pour eux, ni Alexandre Dumas (Les Trois Mousquetaires), ni Raymond Bourgine, ni Jules Monnerot, ni Jacques Vergès n’étaient de « vrais Français ». Mais je n’irai pas plus loin. Charlotte d’Ornellas et Nicolas Kirkitadze ont dit, ici même, tout ce qu’il y avait à dire sur cette tempête dans un verre d’eau. Je partage entièrement leur avis.

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

4 thoughts on “La grande transformation, plutôt que le remplacement…”

  1. La conclusion de cet entretien est très « apaisante » mais un nouveau tropisme verbal, une nouvelle marotte idéologique, un nouveau concept de plus en plus récurrent, voire envahissant, apparaît dans le discours public : le mot « métissage », dont on ne sait s’il faut le prendre au sens propre ou au sens figuré, sans doute les deux …
    Ainsi le candidat socialiste Hamon aux dernières présidentielles qui fait du « métissage » un mot d’ordre, un idéal à atteindre, comme naguère la « liberté », la « justice », la « fraternité’, l’ « égalité »…. Le progressisme ou le libéralisme cherchent-ils à lancer un nouveau fantasme, assez étrange mais propre à leurs rêves les plus significatifs ?
    Ainsi dernièrement le Président Macron qui reproche aux Corses nationalistes de refuser le … « métissage » !
    Ainsi le démographe Hervé Le Bras, s’opposant dans un récent numéro de l’hebdomadaire « Marianne » ( n° 1091 – du 9 au 15 février 2018 -, page 51) à l’ancien ministre LR Pierre Lellouche, et qui s’écrie, à propos des migrants : « Il n’y a pas deux peuples distincts. Le métissage est très important ! ». Vaste perspective que tout le monde ne partage pas forcément. En toute franchise je me sens plus proche d’une Nadine Moranno…

  2. Sans vouloir gâcher l’ambiance… on peut lire cela, qui est un peu anxiogène quand-même :

    http://www.jeuneafrique.com/539823/societe/stephen-smith-leurope-va-safricaniser-cest-inscrit-dans-les-faits/

    (à méditer, pour les humanistes un peu maniaques, et autres progressistes professionnels : les jeunes Africains qui se pressent aux frontières ne sont pas les plus pauvres mais bien au contraire ce sont ceux qui ont pu accumuler un petit pactole pour payer les passeurs. On veut nous apitoyer sur des personnes dont la seule motivation est économique, et pas du tout politique. Comme souvent la droite libérale et la gauche ultra communient dans l’idéal du grand melting pot …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *