1 thought on “La religion du progrès”

  1. Cette « religion du progrès » part certes des écritures judéo-chrétiennes pour courir jusqu’à « l’âge des lumières », et même jusqu’au « scientisme » du XIXème siècle, mais cette religion induit presque nécessairement un fond d’optimisme niais qui sera sérieusement corrigé, douché et refroidi, par deux révolutions scientifiques de la même fin de siècle : l’évolution darwinienne, blessure narcissique plus profonde que celle de Copernic, et par la thermodynamique, avec sa notion basique d’entropie. Nous sommes des animaux et « l’Univers court à sa perte » ! Les temps sont durs, avec ou sans Dieu (pas les dieux…). Les catastrophes guerrières du XXème siècle et le désastre écologique du temps présent confirment tragiquement ce méchant tête à queue, et ils nous assignent une vision, une destinée plus enracinées. La décroissance et le recours aux cultures locales, sont à rebours de « La Civilisation », et de la mondialisation. La belle devise d’une dynastie européenne, et d’une ville française du même nom : « Je Maintiendrai » ! Pessimisme salvateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.