Le catholicisme français a perdu le contact avec les couches populaires

Qu’on la considère ou non comme la « fille aînée de l’Église », la France a vu son histoire étroitement liée au catholicisme. Certains s’inquiètent aujourd’hui de sa « déchristianisation ». Il est vrai qu’à l’époque du curé d’Ars, d’autres voyaient encore dans notre pays une « terre de mission ». Le fait est, en tout cas, qu’aujourd’hui, les églises se vident et que les vocations se raréfient à un rythme encore jamais vu. Comment l’expliquer ?

Il y a quelques jours, vous citiez vous-même cette phrase de Bernanos : « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas tout d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. » C’est déjà une partie de la réponse. La modernité est inhospitalière à la transcendance, fût-elle immanente. Elle a consacré la montée d’un individualisme, dont les racines sont à rechercher du côté du nominalisme médiéval et du cartésianisme, qui tend à décourager les affiliations et les projets collectifs. L’anthropologie libérale fait de l’homme un être isolé, légitimé à toujours poursuivre son meilleur intérêt, c’est-à-dire un être égoïste. Sous l’influence de l’idéologie dominante, notre époque favorise le relativisme, l’hédonisme et le matérialisme pratique. Les gens s’habituent à l’idée qu’il n’y a rien au-delà d’eux-mêmes, que rien n’est pire que la mort, que rien ne vaut qu’on sacrifie sa vie pour une foi, une idée ou une conviction. Les Églises en pâtissent, et elles ne sont pas les seules.

Beaucoup de catholiques traditionalistes pensent que les choses ont commencé à se dégrader avec le concile Vatican II. Je pense qu’ils ont tort. Vatican II n’a pas été une cause mais une conséquence, parmi d’autres, d’une vaste transformation qui est à rechercher bien en amont. La cause la plus profonde de la « déchristianisation » est, à mon sens, la disparition du monde rural dans lequel, pendant des siècles, une religiosité populaire, souvent empreinte d’un paganisme résiduel, avait rythmé de façon massive la vie des hommes et l’alternance des saisons, constituant ainsi le socle de la vie et de la pratique chrétiennes. Cette mutation silencieuse a été rapide. Entamée avec la révolution industrielle, qui a provoqué le premier exode rural, elle s’est accélérée depuis la Seconde Guerre mondiale avec la généralisation du salariat (qui a supprimé le métier au profit de l’emploi). Devenus des « agriculteurs », puis des « producteurs agricoles », les paysans représentent, aujourd’hui, à peine plus de 3 % de la population active alors qu’ils étaient encore dix millions d’actifs en 1945. Les traditions populaires ont disparu du même coup, à commencer par les dévotions et les rites religieux. La majorité de la population vit désormais dans les villes, et les communes ne sont plus des paroisses.

Monseigneur Lustiger faisait remarquer en son temps que si l’assiduité à la messe n’est plus, aujourd’hui, un marqueur social, elle est en revanche, désormais, le signe d’une adhésion pleine et entière. Les pèlerinages continuent, d’ailleurs, à faire recette et la Manif pour tous a montré que le cadavre bouge encore. Chant du cygne ou possible renaissance ?

Un passage bien connu de la Bible (Ez 6, 8) évoque le « petit reste » (sheêrit) qui survit à toutes les difficultés. Plus les catholiques sont minoritaires, plus ils sont actifs, et comme ils cultivent beaucoup l’entre-soi, ils ont l’impression d’être encore nombreux. Mais il ne faut pas se faire trop d’illusions. Le fait dominant reste ce que Marcel Gauchet a appelé la « sortie de la religion ». Cela ne veut nullement dire qu’il n’y a plus de croyants, ni même qu’il y en aura de moins en moins, mais que les valeurs dont l’Église était porteuse n’organisent plus de manière normative la société. Après avoir abandonné le césaro-papisme, l’Église a pris soin de distinguer le temporel et le spirituel, tout en continuant de subordonner le premier au second. Cette distinction s’est transformée en séparation et a abouti à ce qu’on appelle aujourd’hui la laïcité. La foi s’est ainsi trouvée privatisée et n’a plus, du même coup, que le statut d’une opinion parmi d’autres. Certains chrétiens se félicitent que leur religion ne se confonde plus avec le pouvoir. Je pense au contraire que la privatisation de la foi lui est fatale.

Le christianisme a longtemps accompagné l’histoire de l’Europe, conjoncture dans laquelle il a pu jouer un rôle de marqueur identitaire. Il ne peut plus le faire aujourd’hui, d’autant que la grande majorité des croyants vivent en dehors de l’Europe. Objectivement, le centre de gravité de la chrétienté se situe désormais dans le tiers-monde. Cela ne pose pas de problèmes du point de vue doctrinal en raison de l’universalisme chrétien (le « peuple de Dieu » ne connaît pas de frontières), mais cela peut en poser sur d’autres plans.

Pour autant, lorsqu’on analyse le « vote catholique » lors des élections européennes de 2019, on constate que celui-ci s’est massivement porté sur la liste du parti d’Emmanuel Macron, l’homme de la GPA. Les catholiques français ont-ils encore à apprendre en matière politique ?

Ils ont certainement toujours à apprendre, mais ils ne sont pas seuls dans ce cas. En l’espèce, je pense plutôt qu’ils ont cédé à un irrésistible tropisme qui les pousse à se solidariser d’un monde bourgeois qui, quoi qu’il en ait, préférera toujours ses intérêts à ses convictions. Ils paient en quelque sorte le prix de la « gentrification » du catholicisme français, sujet auquel l’excellente revue catholique La Nef a consacré un substantiel dossier en février dernier, en se référant notamment aux travaux de Yann Raison du Cleuziou.

Avec la fin du monde rural, le catholicisme français, qu’il soit traditionnel, libéral ou progressiste, a perdu, en se repliant sur les villes, le contact avec les couches populaires (d’autant que c’est de l’État-providence que celles-ci attendent désormais qu’on leur fasse la « charité »). En 1929, le pape Pie XI disait : « Le plus grand scandale du XIXe siècle, c’est que l’Église a perdu la classe ouvrière. » Le « catholicisme social », l’Action catholique, la JOC et la JEC, les « prêtres-ouvriers », tout cela est derrière nous, et même les patronages ont presque tous disparu. Là où la France rurale fournissait des bataillons de prêtres et de religieux, c’est des milieux de la bourgeoisie que proviennent l’essentiel de ce qui reste des vocations sacerdotales, et c’est aussi ce qui explique la sociologie très homogène de la Manif pour tous. L’endogamie y est la règle et c’est à Versailles que l’on enregistre le plus fort taux de pratique de toute la France. Le plus grand risque, de ce point de vue, serait pour le catholicisme de devenir une religion de classe.

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

4 thoughts on “Le catholicisme français a perdu le contact avec les couches populaires”

  1. Très bonne analyse. Toutefois l’hypothèse posée n’explique pas tout de la situation actuelle. Ce n’est pas sur les fondations du religieux populaire que s’est bâti le catholicisme social. Pourquoi celui-ci a t’il perdu ses militants au profit d’un catholicisme plus doctrinal représenté dans les mouvements actuels : Alliance Vitæ, Écologie humaine, manif pour tous et bien relayé par le scoutisme d’Europe. Il me semble que ces clivages ont créé de la désillusion et de la contestation quand les mouvements les plus anciens, confèrence St Vincent de Paul, secours catholique de concentrent sur leurs missions sans chercher à militer. Oui la militance sociale s’est effacée progressivement quittant les bancs des églises. Comment la raviver pour donner à entendre toutes les voix ?

  2. Je trouve votre article très intéressant. Toutefois j’aimerais y ajouter une petite pierre : n’y a t’il pas une désaffection du catholicisme car la foi catholique dans son expression semble éteinte ? En tout cas en occident ? Mes amis africains croyants me disent qu’ils ne vont pas à l’église en France car ils n’y trouvent aucune joie. Malheureusement je les comprends. Et bien que je sois catholique dans l’âme, j’avoue que je vais célébrer avec mes frères protestants car je trouve chez eux une fois vivante conforme à l’esprit des Evangiles.

  3. Superbe analyse ! Mais vous ne parlez pas de l’école qui a souvent mieux appris à réfléchir, pas toujours de manière construite, j’en conviens, mais a tout de même permis de poser des questions , pointer des incohérences et ouvrir le débat réservé jusqu’alors aux seuls clercs et théologiens. Le ver s’est mis dans le fruit…

  4. J’apprécie beaucoup votre analyse qui est tres fine. J’attire toutefois votre attention sur le fait que Paris n’est pas la France, ni même que Versailles est le catholicisme. Je vis depuis quelques années en province et je rencontre dans ma paroisse des gens de toutes origines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.